Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La saison estivale constitue l'avenir du tourisme suisse, estime Jürg Schmid, directeur de Suisse Tourisme. "C'est la réalité. La concurrence s'accroît dans les destinations d'hiver, car la population vieillit et skie moins", estime-t-il dans une interview au "Matin Dimanche".

Jürg Schmid fonde son analyse sur le fait que les marchés en croissance pour la Suisse (Chine, Inde et Brésil) sont des marchés d'été. Fort de ce constat, Suisse Tourisme consacrera 65% de ses dépenses l'an prochain à promouvoir les vacances d'été, indique-t-il.

"Ce qui ne veut pas dire que l'on ne croit plus à l'hiver. Mais nous devons regagner le terrain perdu en été. Le tourisme en Suisse est d'ailleurs né en été", rappelle M. Schmid. L'association faîtière présentera dans dix jours un rapport sur les opportunités que représente cette saison pour la Suisse.

Contexte difficile

L'initiative de Suisse Tourisme s'inscrit dans un contexte difficile pour le secteur. Le nombre des nuitées est en baisse, en raison notamment de l'impact du franc fort. "En 2013, nous aurons perdu quelque 20% de notre clientèle européenne", relève Jürg Schmid.

Par ailleurs, "près de 40% des établissements ont moins de 20 chambres, ce qui les empêche de répondre à une certaine demande, notamment celle en provenance des nouveaux marchés puisque les tour-opérateurs réclament de plus grandes capacités". "Au moins 15% des petits hôtels devraient disparaître d'ici à dix ans en Suisse", avertit M. Schmid. "Surtout dans les Alpes", précise-t-il.

Impact de l'offre Raiffeisen

Dans ce contexte, des initiatives privées permettent d'apporter une bouffée d'oxygène au secteur. Par exemple, la traditionnelle offre à tarifs préférentiels des banques Raiffeisen destinée à leurs sociétaires. Celle-ci propose cette année le Valais comme point de chute.

Selon "Le Matin Dimanche", qui cite Urs Zenhäusern, président de Valais Tourisme, le choix du numéro trois bancaire helvétique devrait générer un supplément de 100'000 à 150'000 nuitées dans le canton, soit une hausse de 2% à 3% de la fréquentation estivale du canton.

ATS