Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les sprinters du Tour de France disposent d'une dernière chance avant Paris, dimanche, à l'occasion de la 15e étape de 183 kilomètres entre Mende et Valence.

Le parcours reste sur les hauts plateaux de Lozère et d'Ardèche jusqu'au col de la Croix de Bauzon (Km 73,5) avant la grande descente en direction de la vallée du Rhône.

Le col de l'Escrinet, la principale difficulté du jour classée en deuxième catégorie (7,9 km à 5,8 %), est distant de 56,5 kilomètres de l'arrivée. Autant dire que la tâche des baroudeurs s'annonce compliquée pour se disputer la victoire dans la préfecture de la Drôme.

L'arrivée est installée à la sortie de la ville, au bout d'une courte ligne droite de 280 mètres.

Valence (64'000 habitants) n'a accueilli le Tour qu'une seule fois, en 1996, année de la victoire du Colombien Chepe Gonzalez.

Mais la Grande Boucle est arrivée aux portes de la ville, en 2010, quand Mark Cavendish s'était adjugé un sprint tumultueux, marqué par l'exclusion de son coéquipier australien Mark Renshaw, coupable de coups de tête à un adversaire (Julian Dean).

Départ de Mende à 13h00, arrivée à Valence vers 17h20.

Au cours de cette étape de transition en direction des Alpes, Chris Froome ne devrait pas être inquiété. Au classement général, il précède désormais le Colombien Nairo Quintana de 3'10'' et l'Américain Tejay Van Garderen de 3'32''.

Au classement général, le Britannique dispose d'une confortable avance de 2'52 sur l'Américain Tejay Van Garderen et 3'09 sur le Colombien Nairo Quintana.

ATS