Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'état d'exception a été levé dans le nord du pays après 30 jours

Asuncion - L'état d'exception décrété dans cinq départements du nord du Paraguay a été levé au terme des 30 jours prévus. Les militaires ne sont pas parvenus à arrêter le moindre membre d'un groupe armé de gauche radicale accusé du meurtre de quatre policiers et d'enlèvements.
"Nous allons chercher un cadre légal pour que les militaires continuent à soutenir de manière permanente les forces de sécurité dans ces départements", a déclaré le président Fernando Lugo, lors de l'annonce de la fin de la suspension des libertés constitutionnelles. Son gouvernement avait mobilisé 3000 militaires et policiers pour traquer les membres de l'Armée du peuple paraguayen (EPP, Ejercito del pueblo paraguayo).
Ce groupe est accusé du meurtre de quatre policiers il y a un mois dans une propriété située à 500 km au nord d'Asuncion. L'EPP a seulement revendiqué jusqu'ici l'enlèvement de deux riches propriétaires terriens, en 2008 et 2009.
Selon M. Lugo, premier président de gauche de l'histoire de ce pays sud-américain, l'état d'exception, adopté à l'unanimité par le Sénat après des modifications de la chambre basse, a au moins permis de réduire la criminalité et de saisir 4 tonnes de marijuana. Quelque 157 délinquants ont été arrêtés, mais aucun n'avait de lien avec les membres présumés de l'EPP.
Des enquêteurs affirment que certains membres de l'EPP, dont aucun n'a été capturé à ce jour, ont été entraînés par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.