Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Washington - L'univers et tout ce qu'il contient pourrait connaître une fin d'ici 3,7 milliards d'années, selon des astrophysiciens américains et japonais. Ils remettent en question la théorie acceptée par la plupart des cosmologistes d'une expansion éternelle de l'espace-temps.
"Il est improbable que l'univers s'arrête durant notre durée de vie mais il y a 50% de chance pour que le temps connaisse une fin dans les 3,7 milliards d'années", estiment ces chercheurs.
Selon la théorie communément admise, l'univers est né du "Big Bang", il y a environ 13,7 milliards d'années et continue de s'étendre à une vitesse qui s'accélère exponentiellement, poussée par l'énergie du vide, et ce à l'infini.
"Il est très important de comprendre que nous ne disons pas être certains de cette conclusion que le temps aura une fin mais ne pouvons pas exclure que cela puisse vraiment arriver", souligne un des chercheurs, auteurs de cette étude.
"Si cette conclusion n'est pas vraie cela veut dire qu'une des hypothèses retenue dans le modèle mathématique est fausse, ce qui serait aussi extrêmement intéressant pour les astrophysiciens qui durant de nombreuses années la jugeaient très raisonnable", poursuit-il.
Pour l'astrophysicien Charles Lineweaver de l'Université nationale australienne, la conclusion de ses homologues américains et japonais est fausse. Selon lui, ils ont introduit la survenue d'un événement cataclysmique pour des raisons purement statistiques.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS