Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président Jose Eduardo dos Santos est au pouvoir depuis 1979 en Angola (archives).

KEYSTONE/AP/THEMBA HADEBE

(sda-ats)

Le parlement angolais a voté vendredi une loi limitant les pouvoirs du futur président de la République qui sera issu des élections générales du mois prochain. Le président sortant Jose Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 1979, a décidé de ne pas se représenter.

Cette nouvelle loi a été approuvée grâce à la large majorité de députés du Mouvement pour la libération de l'Angola (MPLA, au pouvoir). Elle reconduit pour huit ans les dirigeants de l'armée, des services de renseignement et de la police, et empêche de fait le futur président de procéder à de nouvelles nominations.

La loi encadre en effet strictement les conditions de départ des responsables concernés. Y figurent notamment la condamnation pour un crime ou le dépassement de la limite d'âge, mais pas le bon vouloir du chef de l'Etat.

Texte controversé

Ce texte a suscité une controverse en Angola. L'opposition a accusé Jose Eduardo dos Santos de vouloir laisser un pouvoir militaire à sa main avant de quitter la présidence. "Cela signifie que le chef de l'Etat ne pourra démettre de leurs fonctions" plusieurs hauts responsables, a dénoncé Andre Mendes de Carvalho, député du parti CASA-CE (opposition).

"Une loi ne peut pas être adoptée comme ça à quelques semaines de la fin d'un mandat. De plus elle empêche le futur président de bien travailler", s'est indigné de son côté le principal parti d'opposition, l'Unita (Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola), pour justifier son vote contre le texte.

Les Angolais sont appelés aux urnes le 23 août pour renouveler le Parlement. Le nouveau chef de l'Etat sera issu de la majorité présidentielle.

Après 37 ans de règne sans partage, Jose Eduardo dos Santos, dont l'état de santé alimente de nombreuses rumeurs en Angola, ne se représente pas à la fonction suprême. Son dauphin, Joao Lourenco, vice-président du MPLA, devrait lui succéder si le parti gagne le scrutin.

ATS