Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zermatt - L'accident du Glacier Express du 23 juillet dernier à Fiesch (VS) est dû à une erreur humaine. L'enquête a déterminé que le déraillement de trois wagons a été provoqué par une accélération trop précoce et une vitesse trop élevée dans un virage limité à 35 km/h.
Le conducteur de la locomotive aurait dû attendre que le dernier wagon franchisse le panneau indiquant 55 km/h avant d'accélérer. Or il l'a fait alors que la locomotive se trouvait à une trentaine de mètres du panneau, a déclaré l'expert fédéral Walter Kobelt.
Le convoi filait à une vitesse de 56 km/h avant que le dernier wagon n'atteigne le panneau indicateur. La force centrifuge était tellement importante que le dernier wagon est sorti des rails deux pylônes avant le panneau, entraînant les deux wagons le précédant.
Le conducteur n'a pas expliqué le pourquoi de sa manoeuvre. Ni l'expert ni les dirigeants de la compagnie Matterhorn Gotthard Bahn ne s'expliquent ce qui s'est passé. Le MGB continue à apporter à son employé, qui travaille depuis plus de huit ans pour le MGB, tout son soutien, malgré la gravité de sa faute, a déclaré son directeur Hans-Rudolf Mooser.
La compagnie emploie 98 mécaniciens de locomotives. Leur formation correspond aux exigences élevées appliquées en Suisse, a précisé M. Mooser. Et il est clair pour chacun que la vitesse maximale autorisée ne peut être dépassée sous aucun prétexte. "Nous appliquons la tolérance zéro pour critère."
L'expert et son équipe ont ausculté les wagons impliqués dans leurs moindres détails. Aucune défectuosité n'a été constatée, ni dans la carrosserie ni dans la partie roulante.
La géométrie des rails a été mesurée et contrôlée par un organe externe. Aucune anomalie n'a pu être constatée. La météo et la géologie n'ont montré aucune particularité susceptible d'expliquer le déraillement.
Le rapport de l'expert sera transmis au juge instructeur chargé de l'enquête pénale. Celle-ci durera encore plusieurs semaines, a précisé la police cantonale.
L'accident a fait un mort, une ressortissante japonaise de 64 ans, et 40 blessés dont 38 ont été hospitalisés, neuf dans un état grave. Parmi tous les blessés il y avait 28 Japonais, cinq Suisses, quatre Espagnols, deux Autrichiens et un Indien.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS