Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'action du groupe japonais d'appareils photo Olympus a continué mercredi à augmenter de façon spectaculaire. Le titre a gagné 15,62%, le maximum autorisé pour la journée, du fait de spéculations à très court terme alors qu'elle est toujours sous la menace d'une expulsion de la cote.

Le titre, qui s'était effondré durant un mois, perdant 80% de sa valeur, se reprend depuis trois jours. Mercredi, il a affiché un gain de 100 yens pour terminer à 740 yens. Les investisseurs l'achètent et le revendent rapidement en empochant des profits dans l'attente de savoir de quelles sanctions va écoper l'entreprise, embourbée dans un scandale de dissimulations de pertes financières.

Les autorités japonaises ont lancé plusieurs enquêtes pour éclaircir les zones d'ombre qui entourent des manipulations comptables auxquelles se sont livrés des dirigeants d'Olympus pour camoufler pendant des années des mauvais placements qui ont viré au fiasco.

L'action, placée sous surveillance depuis vendredi, sera radiée de la Bourse de Tokyo si l'entreprise ne corrige pas ses états financiers d'ici au 14 décembre, nouvelle date butoir.

Les investisseurs pensent qu'Olympus se conformera à cette échéance et achètent l'action à bon prix, sachant que la valeur intrinsèque de la société est plus élevée, grâce à son patrimoine technologique, sa main-d'oeuvre, son savoir-faire et sa clientèle.

Toutefois, même dans le cas où l'échéance serait respectée, le titre pourrait être évincé de la cote à cause des fraudes, ce qui conduit les donneurs d'ordres à spéculer successivement dans les deux sens.

ATS