Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ministre de l'Economie François Baroin a indiqué mercredi qu'une reprise par la Caisse des dépôts et la Banque postale de l'activité de prêts aux collectivités locales de Dexia était "la piste la plus sérieuse". Une solution pourrait être trouvée dès jeudi, selon lui.

La déroute de la banque Dexia, première victime de la crise de la dette en Europe, a franchi mardi soir une nouvelle étape. La création d'une "bad bank" appelée à reprendre ses actifs toxiques pour permettre aux autres activités de la banque de survivre a été annoncée.

"Très mauvaise gestion"

Dexia "ne pourra pas rester en l'état, c'est incontestable", a poursuivi M. Baroin, selon qui la banque reste toutefois un "cas particulier", Dexia subissant "l'addition de la très mauvaise gestion et d'un modèle économique qui était fondé sur un besoin de liquidité pour financer ses projets".

Comme en 2008, "nous allons garantir la protection des dépôts pour les particuliers, essentiellement en Belgique, ainsi que la poursuite de la continuité de l'activité des collectivités locales pour financer leur investissement", a-t-il détaillé.

Au bord de l'asphyxie trois ans après avoir échappé à la faillite grâce à l'aide des pouvoirs publics, Dexia n'a pu échapper à une scission. Le Premier ministre belge, Yves Leterme, a annoncé mardi soir que son gouvernement avait approuvé la création d'une structure de défaisance pour séparer les "actifs du passé" qui pèsent sur l'activité de Dexia.

Consolider la banque

Si le groupe bi-national va donc probablement bientôt cesser d'exister, la Belgique et la France vont agir chacune de leur côté pour "consolider" et "renforcer" l'activité de la banque Dexia dans les deux pays, ont souligné Yves Leterme et Didier Reynders.

Le groupe, né de la fusion en 1996 du Crédit Communal de Belgique et du Crédit Local de France, présentait dès le début un profil déséquilibré. En Belgique, Dexia peut s'appuyer sur réseau de 850 agences, alors qu'elle est absente de la banque de détail en France.

ATS