Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gigantesque incendie de Fort McMurray a ravagé plus de 5800 km2 en Alberta et dans la Saskatchewan (archives).

KEYSTONE/AP The Canadian Press/JASON FRANSON

(sda-ats)

Le gigantesque feu de Fort McMurray, qui a contraint à l'évacuation de 100'000 personnes le mois dernier dans l'Alberta, a très vraisemblablement été causé par l'activité humaine, a annoncé mardi la gendarmerie royale canadienne. La foudre n'est pas en cause.

La gendarmerie souhaite s'entretenir avec toute personne s'étant trouvée entre le 29 avril et le 5 mai dans le secteur connu sous le noms de Horse River Trail System.

Selon les services spécialisés de l'Alberta, il y a un nombre très élevé de type de feux déclenchés par l'activité humaine et notamment les feux de camp, la chute de lignes à haute tension ou encore l'incendie volontaire.

Les premiers feux dans l'Alberta ont été repérés par une équipe des eaux et des forêts à 15 kilomètres au sud-ouest de Fort McMurray, le 1er mai. En 72 heures, les flammes avaient dépassé les limites de la ville pour se propager aux alentours, contraignant la totalité de la population à partir à la hâte. Au final, 10% des bâtiments de Fort McMurray ont été détruits.

Aujourd'hui, plusieurs milliers d'habitants ne sont toujours pas rentrés chez eux et attendent la reconstruction de leur maison ou de leur entreprise. Le feu, toujours pas éteint, s'est étendu dans l'Etat voisin de la Saskatchewan. Il a ravagé quelque 5896 km2.

ATS