Toute l'actu en bref

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande ont cherché vendredi à Berlin à montrer une diplomatie unie face à la nouvelle administration Trump.

Keystone/DPA dpa/A3511/_SOEREN STACHE

(sda-ats)

L'administration du nouveau président américain Donald Trump représente un "défi" pour l'Union européenne, notamment en matière commerciale, a estimé vendredi le président français François Hollande. Il a rencontré à Berlin la chancelière Angela Merkel.

Ensemble, ils ont justement peaufiné la réponse européenne à l'administration Trump. Concernant l'Europe, "parlons très franchement, il y a des défis que pose l'administration américaine par rapport aux règles commerciales, par rapport aussi à ce que doit être notre position pour régler les conflits dans le monde", a déclaré à la presse M. Hollande.

"Alors nous devons bien sûr parler à Donald Trump, puisqu'il a été choisi par les Américains pour être leur président, mais nous devons le faire aussi avec une conviction européenne et la promotion de nos intérêts et de nos valeurs", a ajouté le chef de l'Etat français.

Dans la même veine, Mme Merkel s'est aussi inquiétée, de manière implicite, des dernières évolutions aux Etats-Unis. "Nous observons que le cadre global dans lequel nous évoluons dans le monde change de manière radicale et rapide et nous devons relever ces nouveaux défis", a-t-elle dit. Cela "concerne à la fois la défense d'une société libre, tout comme la défense du libre-échange", a-t-elle dit.

Face aux nombreux défis internes et externes, "nous avons besoin d'un engagement commun clair en faveur de l'UE et des valeurs de nos démocraties", a encore affirmé Mme Merkel. Les Européens devront répondre au défi d'"une Europe nouvelle dans un monde incertain", a ajouté M. Hollande, jugeant qu'"aujourd'hui, plus que jamais, l'Europe doit être politique".

Retrait et/ou renégociation

Dès le début de sa présidence, M. Trump a tenu sa promesse électorale de retirer les Etats-Unis du Traité de libre-échange transpacifique (TPP). C'était l'une des priorités de son prédécesseur Barack Obama qui voulait en faire contrepoids à l'influence grandissante de la Chine.

Le président américain entend aussi renégocier l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna). Le projet d'accord commercial entre les Etats-Unis et l'Europe, déjà mal en point avant le départ de Barack Obama de la Maison Blanche, est plus qu'incertain.

Le chef de l'Etat français et la chancelière allemande se voyaient à Berlin également pour préparer un sommet des dirigeants européens prévu la semaine prochaine à Malte. Il s'agit de tenter de sortir le projet européen de la crise provoquée notamment par le Brexit.

ATS

 Toute l'actu en bref