Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le dossier "Mississippi Burning" est clos un demi-siècle après les faits (photo prétexte).

KEYSTONE/EPA/ERIK S. LESSER

(sda-ats)

En juin 1964, trois jeunes militants des droits civiques américains étaient sauvagement lynchés. Le dossier pénal de l'affaire "Mississippi Burning" s'est refermé lundi avec l'annonce officielle de la clôture de l'enquête sur ces crimes emblématiques.

"Je suis convaincu que durant ces 52 dernières années les enquêteurs ont fait tout ce qui était possible selon la loi pour trouver les coupables et les traduire en justice. Cependant, nous sommes parvenus à la conclusion que la probabilité de nouvelles condamnations était nulle", a déclaré Jim Hood, le procureur général du Mississippi.

En juin 1964, au cours de "l'été de la liberté", les assassinats d'Andrew Goodman, 20 ans, Michael Schwerner, 24 ans et James Chaney, 21 ans, avaient bouleversé l'Amérique. Ils avaient inspiré le film d'Alan Parker "Mississippi Burning" (1988).

Huit personnes avaient été condamnées en 1967 à des peines de prison, n'excédant pas six ans, pour "violation des droits civiques" des trois disparus. Deux juifs new-yorkais et un Noir étaient venus aider les Afro-Américains à s'inscrire sur les listes électorales dans le Sud ségrégationniste.

Une peine de 60 ans de prison

La première et seule condamnation pour meurtre n'est intervenue qu'en 2005: Edgar Ray Killen, un ancien responsable du Ku Klux Klan (KKK), purge actuellement une peine de 60 ans de prison. Après avoir vécu des décennies sans être inquiété, il avait été poursuivi au début des années 2000 sur la foi de nouveaux éléments de preuve parvenus à la justice.

Arrêtés le 21 juin 1964 sous un prétexte futile par la police locale, infiltrée par le KKK, Goodman, Schwerner et Chaney avaient été relâchés en pleine nuit. Ils étaient ensuite tomber dans une embuscade montée par des membres du Klan.

Sauvagement lynchés, ils seront finalement abattus par balle. Leurs corps seront retrouvés 44 jours plus tard, dans une retenue d'eau, à l'issue d'une enquête menée par le FBI.

Ils "ont donné leur vie en luttant pour l'avancée de la cause des droits civiques pour tous", a commenté lundi le ministère de la Justice. "Même si l'enquête sur leur mort odieuse est close formellement, nous devons tous rendre hommage à leur héritage en poursuivant le combat en faveur d'une Amérique pour tous, conformément à la promesse de sa fondation".

ATS