Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jean-Pierre Bemba, qui depuis sa remise en liberté mi-juin a rejoint sa famille en Belgique, n'assistait pas à l'audience mercredi (archives).

KEYSTONE/AP ANP/JERRY LAMPEN

(sda-ats)

La polémique provoquée par l'acquittement de l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba a rebondi mercredi devant la Cour pénale internationale. L'accusation a affirmé que le jugement surprise prononcé en appel était fondé sur des éléments biaisés.

Ancien riche homme d'affaires devenu chef de guerre puis vice-président, Jean-Pierre Bemba avait été condamné en première instance en 2016 à 18 ans de prison pour les meurtres, viols et pillages commis en Centrafrique par sa milice entre octobre 2002 et mars 2003. Il s'agissait de la peine la plus lourde jamais imposée par la CPI.

Mais le mois dernier, un jury d'appel divisé a ordonné la mise en liberté de Jean-Pierre Bemba, l'acquittant à la surprise générale de sa condamnation de 2016. Le cas Bemba est toutefois revenu mercredi devant la cour de La Haye, où l'ancien vice-président de RDC est accusé de subornation de témoins dans le cadre de son principal procès. La CPI doit statuer mercredi dans cette affaire annexe.

Faux documents et pots-de-vin

"Vous ne pouvez pas sous-estimer le degré de corrosion du dossier avant la cour d'appel", a lancé le procureur Kweku Vanderpuye devant le tribunal international. "Au bout du compte, l'appel a atteint l'objectif même du projet criminel auquel les accusés ont participé et qui était l'acquittement de Bemba".

L'audience de mercredi avait été convoquée après que la cour d'appel dans le cas de subornation de témoins eut ordonné aux juges de revoir la peine imposée à l'ancien vice-président et chef de milice âgé de 55 ans et à deux autres co-accusés.

La cour d'appel avait confirmé en mars qu'ils étaient coupables de corruption et subornation de 14 témoins dans le dossier principal. Mais elle avait jugé que les condamnations prononcées en mars 2017 dans cette affaire annexe, allant de six mois à deux ans et demi de prison, étaient trop légères. Jean-Pierre Bemba avait notamment été condamné à un an de prison et 300'000 euros d'amende.

Le procureur Vanderpuye a réclamé un maximum de cinq ans pour Jean-Pierre Bemba, deux de ses avocats, un député de son parti et un témoin de la défense, accusés d'avoir fabriqué ou présenté à la CPI des faux documents et versé de l'argent à des témoins afin d'obtenir l'acquittement de M. Bemba dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. "Tout autre chose que cela est à notre avis manifestement indéfendable. Cela ne ferait que promouvoir l'impunité plutôt que lutter contre elle", a-t-il assuré.

Bemba absent

Mais pour les avocats de Bemba, il ne s'agit que d'une tentative pour l'accusation de la CPI "d'amuser la galerie", après le verdict d'acquittement, qui avait évoqué de "sérieuses erreurs" commises par le chambre de première instance. Jean-Pierre Bemba, qui depuis sa remise en liberté mi-juin a rejoint sa famille en Belgique, n'assistait pas à l'audience mercredi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS