Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Ministère public du canton de Neuchâtel a décidé vendredi de ne pas entrer en matière dans l'affaire d'éventuels actes de maltraitance reprochés à la directrice et une collaboratrice d'une crèche à Peseux. Selon lui, les deux femmes n'ont commis aucune infraction pénale.

Si certains comportements brusques et inadéquats à l'égard des enfants sont avérés, il subsiste un doute sur le fait que ceux-ci tombent sous le coup de la loi pénale. Certains agissements se situaient dans tous les cas "sur le fil du rasoir", indique le Ministère public dans un communiqué de presse.

Aux yeux du Ministère public, seules auraient éventuellement pu entrer en ligne de compte des infractions de voies de fait commises sur des enfants confiés, poursuivies d'office, et/ou d'abus du droit de correction. Quoiqu'il en soit, de l'avis du Ministère public, cette question peut rester ouverte.

En effet, les deux infractions présumées de voies de fait et d'abus du droit de correction sont des contraventions et non des crimes ou des délits. Elles sont passibles d'une amende.

Clouées au pilori médiatique

Dans cette affaire, le Ministère public a ouvertement et fortement déploré dans son ordonnance de non-entrée en matière le procès médiatique qui a été fait à la directrice de la crèche et à la collaboratrice concernée, "au mépris le plus total des règles élémentaires de la présomption d'innocence et du bénéfice du doute".

La directrice de la crèche et la collaboratrice concernée ont donc été "renvoyées en jugement" devant l'opinion publique. Elles n'ont évidemment pu que souffrir de cette situation, note le Ministère public.

Aux yeux du Ministère public, cette atteinte médiatique compense très largement l'amende à laquelle elles auraient éventuellement pu être condamnées par un Tribunal, pour le cas où elles auraient été reconnues coupables de voies de fait et/ou d'abus du droit de correction au préjudice de certains enfants.

Cette décision de non-entrée en matière sur le plan pénal est toutefois sans aucune incidence sur le sort de la procédure administrative en cours, menée par l'autorité de surveillance des lieux d'accueil.

ATS