Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sion - La Cour européenne des droits de l'homme n'ordonnera pas dans l'immédiat au gouvernement suisse de libérer Bernard Rappaz. Elle a rejeté ce lundi la demande de mesures provisionnelles alors que le chanvrier en est à son 116e jour de grève de la faim.
Les juges de Strasbourg demandent au détenu d'interrompre sa grève de la faim pour la durée de la procédure, a annoncé ce lundi à l'ATS l'avocat du chanvrier Aba Neeman. Mais un jugement n'interviendra certainement pas avant deux à trois ans, a précisé M. Neeman.
L'avocat avait saisi la Cour européenne la semaine dernière après avoir épuisé toutes les voies de recours en Suisse pour obtenir une interruption de peine. Bernard Rappaz ne s'est plus alimenté depuis 116 jours mais prend des vitamines, des tisanes sucrées et du sel depuis plusieurs jours.
Le chanvrier purge depuis mars une peine de cinq ans et huit mois pour violation grave de la loi sur les stupéfiants et d'autres délits. Il proteste contre sa condamnation depuis le début de sa détention avec une grève de la faim interrompue à deux reprises.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS