Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Afghanistan veut sa "souveraineté nationale" et la veut "aujourd'hui". Le président afghan Hamid Karzaï l'a affirmé mercredi devant une grande assemblée traditionnelle, évoquant les conditions à la conclusion d'un partenariat stratégique avec les Etats-Unis.

Les relations entre l'Afghanistan et les Etats-Unis doivent être celles "de deux pays indépendants", a ajouté M. Karzaï devant les quelque 2000 délégués de la Loya Jirga réunis à Kaboul, alors que près de 100'000 soldats américains sont déployés en Afghanistan pour soutenir le fragile gouvernement face à l'insurrection des talibans qui ne cesse de s'intensifier.

Si les Etats-Unis "veulent des bases militaires, nous leur permettrons. C'est à notre avantage, nous recevrons de l'argent et nos forces seront formées", a-t-il ajouté.

Négociations avec Washington

Kaboul négocie actuellement un partenariat stratégique avec Washington, censé définir la présence américaine à l'issue du retrait, fin 2014, de l'ensemble des quelque 140'000 combattants de la force internationale de l'Otan, et notamment l'éventuelle maintien de bases américaines sur le sol afghan.

Parmi les conditions à ce partenariat stratégique, M. Karzaï a notamment exigé que les forces internationales cessent les fouilles de domiciles afghans et leurs opérations nocturnes, deux sujets qui irritent fortement la population afghane, après dix ans de présence militaire étrangère.

Il a également rassuré les pays voisins, inquiets d'une présence à long terme de troupes américaines à leurs frontières.

ATS