Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Rome - Le tribunal de Milan a acquitté l'homme souffrant de problèmes mentaux qui avait blessé le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi en décembre en lui lançant un objet au visage. Le tribunal a estimé que ce dernier n'était pas en état d'être jugé.
Les experts cités à la barre avaient souligné qu'au moment des faits, l'homme était "dans l'incapacité de comprendre et de vouloir". Il sera toutefois en liberté surveillée pendant un an et devra vivre dans la communauté où il est accueilli depuis l'agression, en suivant les règles fixées par le directeur de l'établissement.
Il aura aussi interdiction de participer à toute manifestation publique pendant un an.
Ses avocats, Daniela Insalaco et Gian Marco Rubino, ont affiché leur satisfaction, soulignant que "l'exigence principale était qu'il soit soigné".
Le 13 décembre 2009, pendant un meeting électoral de Berlusconi devant la cathédrale de Milan, l'homme s'était approché du chef de gouvernement et lui avait jeté au visage une réplique en résine de l'édifice, vendue comme souvenir aux touristes.
M. Berlusconi, 73 ans, avait eu deux dents cassées, la lèvre fendue et une fracture au nez. Il avait été hospitalisé pendant quatre jours, car l'agression avait réveillé de vieilles douleurs aux cervicales. Sa convalescence avait duré un mois.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS