Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un accord international a été adopté dans la nuit de vendredi à samedi à Hyderabad (Inde) pour doubler l'aide financière aux pays en développement d'ici 2015 afin de préserver la biodiversité. Les quelque 180 pays signataires veulent ainsi tenter d'enrayer l'extinction toujours plus rapide d'espèces végétales et animales.

Cet accord intervient au terme de deux semaines d'âpres négociations entre délégués et ministres. Ces aides financières doivent permettre d'atteindre des objectifs internationaux pour 2020 comme la multiplication des aires protégées sur terre et en mer, la lutte contre la surpêche ou la restauration d'au moins 15% des écosystèmes dégradés.

Extinction 1000 fois plus rapide

Surexploitation des ressources, déforestation, pollution, changement climatique: le taux d'extinction des espèces végétales et animales est jusqu'à 1000 fois plus élevé que ce qui était connu jusqu'ici, selon les scientifiques.

Il y a deux ans, la conférence de Nagoya avait buté sur la question des financements, malgré l'adoption d'objectifs ambitieux pour 2020. L'accord de Hyderabad vise lui à "doubler l'ensemble des flux financiers internationaux relatifs à la biodiversité" vers les pays en développement d'ici 2015 et de les maintenir "au moins à ce niveau jusqu'à 2020".

Dizaines de milliards de dollars

Des experts chiffrent à plusieurs dizaines de milliards de dollars par an les besoins financiers pour tenir les engagements de Nagoya. En contrepartie, les pays en développement devront fournir des garanties sur l'utilisation des fonds et mettre eux-mêmes en oeuvre des stratégies nationales et des moyens pour préserver la biodiversité.

"C'est la première fois dans l'histoire qu'il y a un accord qui fixe un objectif financier international en faveur de la biodiversité", s'est félicitée la ministre française de l'Ecologie, Delphine Batho. Autre son de cloche du côté du Canada, qui a souligné qu'il n'était pas d'accord avec cet engagement.

Pour le WWF, le volet financier est "décevant, parce ce n'est pas suffisant pour atteindre les cibles ambitieuses" adoptées à Nagoya.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS