Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Aide suisse contre le sida tire un bilan positif de sa stratégie d'assainissement après cinq mois en 2012, en dépit de la polémique qui l'a affectée. Elle pourrait clore l'année dans les chiffres noirs alors qu'elle craignait un déficit de 300'000 francs.

A l'occasion de son assemblée générale samedi à Zurich, l'organisation a annoncé avoir trouvé de nouvelles sources de revenus du côté de l'économie privée et de fondations: des promesses de financement d'environ 500'000 francs pour 2012-2014.

De plus, l'Aide suisse contre le sida (ASS) a réalisé des économies au niveau des frais de personnel qui ont déjà permis de réduire de plus de 220'000 francs (8%) ce poste pour l'année en cours.

Rappelons au passage que sa présidente elle-même, Doris Fiala, a dû revoir sa rémunération annuelle à la baisse suite à des critiques. Son salaire est passé de 50'000 francs à 30'000 francs, condition indispensable pour garder le label de qualité "Zewo" du Service suisse de certification pour les organisations récoltant des dons.

Banalisation de la maladie

Enfin, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a laissé entrevoir une rallonge de 30'000 francs pour 2012, indique l'ASS. Celle-ci ajoute qu'elle souhaite retrouver la confiance de la Confédération et, ainsi, une plus grande volonté de financement.

Par contre, les dons de particuliers continuent à baisser, notamment à cause de la banalisation du sida. Ils ont déjà reculé de 30% ces sept dernières années, et les derniers pronostics pour 2012 montrent que la tendance n'a pas pu être stoppée.

Le thème du VIH et du sida perd de son acuité auprès du grand public et certains pensent que l'immunodéficience pourrait se guérir comme un simple rhume par quelques médicaments, déplore l'organisation, qui aimerait corriger cette image fallacieuse. Elle rappelle que cette pathologie à vie touche 25'000 personnes en Suisse, avec une tendance à la hausse.

ATS