Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Albanie, pour son premier grand tournoi, s'est offert une belle victoire contre la Roumanie à Lyon (1-0), lors de la 3e journée du groupe A de l'Euro 2016.

Bien sûr, peut-être que ce ne fut que pour beurre. Peut-être que l'explosion de joie du peuple kuq e zinjte, submergé par la fierté de ceux qui ont soudain eu le sentiment de compter et d'exister aux yeux du monde, ne restera qu'une aventure passionnée sans lendemain. Mais les faits sont là: l'Aigle bicéphale a marqué le premier but de son histoire en phase finale et s'est imposé.

Il était 21h42 quand, sur le flanc droit du Parc Olympique Lyonnais, le très généreux Ledian Memushaj a levé les yeux. L'attaquant de Pescara - promu en Serie A la saison prochaine - a armé un centre parfait, long, au deuxième poteau. Le portier roumain Ciprian Tatarusanu, cette fois-ci sans qu'aucun coude adverse ne l'ait dérangé, est sorti aux fraises. Et Armando Sadiku, l'homme qui a porté Vaduz ce printemps, s'est élevé. Haut. Peut-être plus haut qu'il n'était jamais allé. Une tête, délicate, dans le contre-pied. Et une image que l'on n'est pas près d'oublier à Tirana et dans tous les foyers de la diaspora albanaise.

L'ouverture du score et l'issue de la rencontre ont répondu à une forme de logique. Même dominée techniquement, même sans Lorik Cana - De Biasi a reconduit la défense qui avait tenu la dragée haute à la France mercredi passé malgré le retour de suspension de son capitaine -, l'Albanie s'est montrée la plus dangereuse. La Roumanie, elle, n'a pratiquement rien proposé, si ce n'est, confusément, dans le dernier quart d'heure (tir sur la transversale d'Andone). Sérieux mais recroquevillés contre la France (1-2), ternes et chanceux face à la Suisse (1-1), les Tricolorii quittent l'Euro sans y laisser le moindre souvenir.

Et les Albanais ? Réponse dans les jours à venir. Avec trois points et un goal-average négatif (-2), les chances de qualification sont extrêmement minces. Mais les Kuq e zinjte, si proches lors de leurs deux premiers matches face aux Suisse (0-1) et aux Français (0-2 mais 0-0 jusqu'à la 90e), ont déjà rempli leur mission: traverser cette première phase la tête haute tout en donnant du plaisir à leur fervent public.

ATS