Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Allemagne, où l'islam est devenu la troisième religion, va pour la première fois former cette année des imams dans ses universités. La chancelière Angela Merkel veut ainsi favoriser un islam "made in Germany" plutôt qu'importé de l'étranger.

Dès la prochaine rentrée dans l'université d'Osnabrück (nord-ouest), un master en cinq ans permettra à 25 jeunes musulmans de devenir imam dans une mosquée, professeur de religion ou chercheur en théologie islamiques.

Il s'agit d'une première dans un pays qui compte plus de 4 millions de musulmans, dont 45% ont la nationalité allemande, et où l'intégration des immigrés, en majorité turcs, demeure difficile.

Quelque 8000 imams officiant de Hambourg à Munich sont des fonctionnaires de l'Etat turc envoyés dans les 896 mosquées ou communautés gérées par l'organisation Ditib, directement dépendante du ministère turc du Culte. La plupart parlent à peine allemand et ne restent que quelques années en Allemagne.

Enseignement en allemand

Dans le cycle d'études théologiques dispensé à Osnabrück, toutes les matières, de la philosophie à l'histoire de l'islam en passant par les arts, seront enseignées en allemand.

Des cours spécifiques "liés aux problématiques européennes", selon le responsable de ce nouveau cycle d'études, sur l'immigration, le christianisme ou le judaïsme, seront en outre dispensés.

Et à l'issue de leur formation théorique, les étudiants feront "comme pour les études de théologie catholique ou protestante" un stage pratique dans une mosquée, détaille le responsable, un Allemand musulman d'origine turque de 35 ans.

ATS