Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Allemagne ne se satisfait pas du controversé accord fiscal passé avec la Suisse. Le ministre des Finances Wolfgang Schäuble et ses homologues des Länder se sont entendus jeudi à Berlin pour entamer de nouvelles discussions avec Berne.

Le but est que le ministère fédéral des Finances améliore l'accord Rubik, en particulier le taux d'imposition, ont indiqué les participants à la réunion. Les Länder dirigés par les sociaux-démocrates du SPD et les Verts veulent notamment que les fortunes non déclarées se trouvant en Suisse soient imposées de façon plus élevée.

Le SPD et les Verts dénoncent le fait que les fraudeurs du fisc s'en sortent bien. Ils pointent le taux utilisé par la Suisse pour imposer les revenus des capitaux, et la légalisation de façon anonyme de l'argent des fraudeurs du fisc.

L'accord fiscal prévoit notamment un impôt forfaitaire et anonyme de 26,475% sous forme de paiement unique. Pour les avoirs placés en Suisse par le passé, la taxation varierait entre 19% et 34%, en fonction de la durée et de l'ampleur du compte.

L'accord fiscal, qui empoisonne les relations entre les deux pays depuis plusieurs années, doit entrer en vigueur en 2013.

ATS