Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ambroisie peut provoquer de sévères allergies et met en péril la biodiversité (archives).

KEYSTONE/EDDY RISCH

(sda-ats)

Le changement climatique pourrait doubler le nombre d'Européens souffrant d'allergies aux pollens d'ambroisie d'ici à 2050. Ils seraient 77 millions, contre 33 millions aujourd'hui, selon une étude publiée jeudi.

Plante envahissante originaire d'Amérique du Nord, l'ambroisie, dont le pollen provoque de fortes allergies, est déjà largement présente dans le centre et le sud de l'Europe ainsi que dans un grand quart sud-est de la France, malgré des campagnes régulières d'arrachage.

L'allergie à l'ambroisie fait partie des allergies aux pollens ou allergies saisonnières qui touchent déjà à des degrés divers près de 40% des Européens. Ces allergies peuvent être provoquées par les pollens de certains arbres (bouleau, cyprès...) au printemps, puis en été et à l'automne par les pollens de graminées ou de mauvaises herbes.

"C'est la première étude destinée à quantifier l'impact éventuel du changement climatique sur les allergies", relève Iain Lake, qui a dirigé l'étude publiée dans la revue "Environmental Health Perspectives".

Pour parvenir au chiffre de 77 millions d'Européens affectés, les chercheurs se sont basés sur des projections montrant que les pollens d'ambroisie allaient à l'avenir s'étendre à d'autres pays européens comme l'Allemagne ou la Pologne. Selon eux, les deux tiers de l'augmentation peuvent être attribués au changement climatique, tandis que le tiers restant s'explique par la propagation naturelle de la plante envahissante.

Saison plus longue

Mais si des mesures sont prises pour lutter contre l'ambroisie, le nombre des allergiques pourrait tomber à 52 millions en 2050. Ou au contraire s'élever à 107 millions si la propagation se fait plus rapidement que prévu, note pour sa part Michelle Epstein, coordinatrice du projet européen Atopica à l'Université de Vienne.

Elle prédit également une aggravation des symptômes de l'allergie à l'ambroisie à l'avenir à cause d'une plus forte concentration de pollens et d'une "saison" plus longue qu'aujourd'hui, s'étendant de la mi-septembre à la mi-octobre.

La plante, qui peut atteindre 1,80 mètre, est extrêmement résistante, s'adapte à presque tous les sols, ne craint pas la sécheresse et produit des graines qui peuvent rester viables plus de 10 ans dans le sol.

Au-delà de l'Amérique du Nord et de l'Europe, elle s'est déjà répandue dans certaines régions d'Australie, d'Amérique du Sud et même du Japon. En Suisse, elle est actuellement en fleurs, et MétéoSuisse signale potentiellement de fortes concentrations de pollen ces prochains jours au Tessin et dans la région lémanique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS