Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ueli Steck a chuté d'une falaise durant une course d'acclimatation à la haute altitude (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Le corps de l'alpiniste suisse Ueli Steck devait être incinéré jeudi au Népal dans un monastère bouddhiste à l'ombre de l'Everest. Le sportif bernois est mort accidentellement dimanche, à 40 ans, dans l'Himalaya.

La dépouille de l'alpiniste a été acheminée depuis Katmandou par hélicoptère au monastère de Tengboche, situé sur la piste menant à l'Everest, a constaté un photographe de l'AFP sur place. Sa femme Nicole et plusieurs proches se trouvaient également à bord.

Le corps a été transporté de l'héliport au site de la crémation à quelques centaines de mètres du monastère. Des moines aux robes bordeaux se sont joints à la famille et ont offert leurs prières et joué de la musique.

De nombreux alpinistes devaient descendre des flancs de l'Everest pour assister à la cérémonie, selon Nimesh Karki de l'entreprise Seven Summits qui a aidé Steck dans son expédition.

Ueli Steck prévoyait de gravir l'Everest par la terrible arête ouest - une route particulièrement meurtrière et peu tentée - avant de continuer dans un même élan sur le sommet satellite du Lhotse, le tout sans bouteille d'oxygène, ce qui aurait constitué une première.

Il a trouvé la mort dimanche matin durant une course d'acclimatation à la haute altitude sur le mont Nuptse, face à l'Everest. Il a glissé et chuté de plus de 1000 mètres.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS