Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le groupe de photographie américain Eastman Kodak a lancé un processus crucial de vente d'un portefeuille de plus de mille brevets dans la photo numérique. Le pionner des appareils photo joue sa survie dans un processus de redressement judiciaire.

Eastman Kodak a indiqué dans un communiqué qu'il avait demandé au tribunal des faillites devant lequel il a déposé le bilan en janvier d'approuver la procédure d'enchères de "plus de 1100 brevets qui concernent la capture, la manipulation et le partage d'images numériques".

La procédure retenue prévoit de ne pas révéler le nom des parties intéressées, mais seulement celui des acquéreurs de ces brevets, qui sont divisés en deux paquets.

Elle est conçue "pour permettre aux enchérisseurs de nous présenter leur meilleur offre sans crainte de montrer leurs cartes à leurs concurrents", a expliqué le directeur de la propriété intellectuelle de Kodak, Timothy Lynch, cité dans le communiqué.

Déjà vingt candidats

A ce jour, vingt candidats à l'achat ont manifesté leur intérêt et ont donc accès au catalogue. Kodak a précisé qu'il prévoyait une audience au tribunal le 2 juillet, une enchère début août, et l'annonce des acquéreurs et du prix d'ici au 13 août.

Le groupe espère se sauver en abandonnant ou en vendant ses activités les moins rentables, comme la productions d'appareils photo, de caméscopes et de cadres photo numériques dont il a annoncé l'arrêt en février, pour garder des activités plus rentables comme les services et produits d'impression et des produits professionnels, dont ceux pour le cinéma.

ATS