Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ambassadeur des Etats-Unis à Berne rend entièrement responsables les patrons de la banque privée st-galloise Wegelin, inculpée par la justice américaine, de sa débâcle. Ils auraient dû savoir qu'il était illégal de reprendre des clients de l'UBS, a expliqué Donald Beyer dans le "SonntagsBlick".

"Le management de la banque devait connaître les risques encourus. Il est clair que les autorités fiscales américaines allaient réagir", a expliqué M. Beyer.

Le diplomate ne comprend non plus pas pourquoi la banque privée suisse a cédé urgemment une partie de ses activités à Raiffeisen: "Le menace de sanction du fisc américain n'aurait pas pu mettre Wegelin en danger". Ce n'était en tous les cas pas l'intention des autorités américaines, selon lui.

Une question de perception

M. Beyer a également observé qu'il régnait une certaine "tension" dans les relations entre la Suisse et les Etats-Unis, tension due à ses yeux à un grand malentendu: "Les Suisses voient uniquement l'action des Etats-Unis comme une attaque contre les banques suisses."

Or, le point de vue des Etats-Unis est tout autre, a-t-il souligné, assurant que le gouvernement américain ne poursuivait qu'un seul objectif, faire en sorte que tous les citoyens américains payent leurs impôts.

"Maintenant, le fait est que divers citoyens américains ont déposé leur argent dans des banques suisses", a-t-il ajouté. Et cette situation irrite le 98% des Américains qui s'acquittent correctement de leurs impôts.

"Nous ne pourchassons pas les banques suisses, mais les fraudeurs du fisc américain", a insisté M. Beyer.

ATS