Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'ambassadeur saoudien de retour à Washington

L'ambassadeur saoudien à Washington est le frère du prince héritier Mohammed ben Salmane, surnommé "MBS" (en photo) dont le rôle dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi est au coeur de toutes les interrogations (archives).

KEYSTONE/AP G20 Press Office

(sda-ats)

L'ambassadeur d'Arabie saoudite aux Etats-Unis Khaled ben Salmane, frère du puissant prince héritier mis en cause dans l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, est rentré à Washington. Il avait quitté la capitale peu après ce meurtre.

"Son Altesse Royale l'ambassadeur est à Washington", a déclaré à l'AFP la porte-parole de l'ambassade Fatimah Baeshen. Le diplomate était rentré à Ryad début octobre peu après le meurtre du journaliste saoudien critique du régime dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. A l'époque, le département d'Etat américain lui avait demandé "d'apporter des informations à son retour aux Etats-Unis".

L'ambassadeur est le frère du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, surnommé "MBS" dont le rôle dans ce meurtre est au coeur de toutes les interrogations aux Etats-Unis et dans le monde.

Soupçons américains

Plusieurs sénateurs américains, informés mardi des conclusions de la CIA par la directrice de l'agence de renseignement extérieur Gina Haspel, sont sortis de cette réunion confortés dans leur conviction que MBS a commandité le crime. Ce que le royaume dément vigoureusement.

Selon des médias américains, la CIA a eu connaissance d'un appel de Khaled ben Salmane à Jamal Khashoggi, réalisé à la demande du prince héritier, dans lequel l'ambassadeur conseillait au journaliste de se rendre au consulat à Istanbul en lui assurant qu'il ne lui arriverait rien.

L'ambassadeur aux Etats-Unis a réfuté avec fermeté cette "accusation grave".

Mais alliance "inébranlable"

Malgré ces lourds soupçons, l'administration de Donald Trump a décidé de réaffirmer l'alliance "inébranlable" entre Washington et Ryad. Et d'estimer en public qu'aucune preuve irréfutable ne liait à ce stade le prince héritier à l'ordre de tuer Jamal Khashoggi.

Par ailleurs, alors que de nombreux parlementaires américains réclament des sanctions plus fermes à l'égard de l'Arabie saoudite, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir était lui aussi à Washington mercredi pour représenter son pays aux obsèques d'Etat de l'ancien président américain George H.W. Bush, selon l'ambassade.

Elle n'a pas précisé, dans l'immédiat, s'il aurait des rencontres avec des responsables de l'administration Trump durant son séjour aux Etats-Unis.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.