Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le rôle que jouent les hôpitaux dans le secteur ambulatoire doit être pris en compte dans la prochaine révision de la LAMal, estime H+. Pour l'association des hôpitaux de Suisse, une nouvelle organisation permettra de faire face à la forte hausse de l'ambulatoire.
En vue de la session d'été des Chambres fédérales, les hôpitaux suisses veulent préparer le terrain pour faire passer leur message. "Il n'y a pas de révision du modèle d'organisation des soins en Suisse sans une intégration complète des prestations ambulatoires en hôpital", a revendiqué H+.
La médecine générale et hospitalière se complètent, a expliqué Charles Favre, conseiller national (PLR/VD) et président de H+. Mais les hôpitaux et les cliniques prodiguent aujourd'hui jusqu'à 40% de l'ensemble des prestations ambulatoires. Une coordination optimale des traitements est donc incontournable pour les patients dans le cadre du "Managed Care", soit la gestion intégrée des soins.
Pour un diagnostic pointu et le traitement en ambulatoire de maladies chroniques complexes ou graves telles que le cancer, les hôpitaux sont les mieux placés, précise Charles Favre. "Ils jouent un rôle central pour les urgences, souvent en collaboration avec les médecins généralistes". Les patients peuvent en outre regagner leur domicile rapidement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS