Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Yvan Perrin va mieux, 17 mois après sa démission du Conseil d'Etat neuchâtelois pour cause d'épuisement. L'ancien élu UDC n'exclut pas de revenir en politique à un poste moins exposé, mais pas avant d'être totalement rétabli.

Yvan Perrin a participé au congrès de l'UDC vaudoise mercredi passé. Jusqu'alors, il s'était tenu longtemps à l'écart de la scène publique. Durant cette période, il a fait "un tour de Suisse des cliniques" pour trouver une solution à ses problèmes de sommeil, explique-t-il dans une interview diffusée mardi par la radio RTN.

L'ancien ministre dort mieux actuellement, grâce au dosage renforcé d'un médicament auquel son organisme résistait. Les médecins s'intéressaient d'abord à ce qui était le plus évident, mais la consommation d'alcool n'était qu'un symptôme, dit-il. "Depuis que je dors, je n'ai pas retouché une goutte."

Pas rétabli à 100%

Yvan Perrin raconte combien il lui était difficile de voir décliner ses facultés physiques et intellectuelles à cause de la fatigue. "L'encéphalogramme plat, le niveau intellectuel d'une grenouille", c'est pénible, image-t-il avec son habituelle autodérision.

Le citoyen de La Côte-aux-Fées n'est "pas demandeur" pour un retour en politique, mais n'exclut pas cette éventualité si un jour quelqu'un le juge utile. Le cas échéant, il s'abstiendrait de reprendre une fonction sous les projecteurs comme celle de conseiller d'Etat. Il préférerait un engagement plus discret.

Mais pour le moment c'est trop tôt, précise Yvan Perrin, qui ne se juge pas encore rétabli à 100%. Il se concentre sur sa guérison et reprend les activités sportives qu'il affectionne, telles que les balades et la course à pied.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS