Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président angolais Jose Eduardo dos Santos dirige le pays d'une main de fer depuis 1979 (archives).

KEYSTONE/EPA/PAULO NOVAIS

(sda-ats)

Le parlement angolais a voté vendredi une nouvelle loi sur les médias, jugée liberticide par le syndicat des journalistes du pays. Le texte oblige notamment les médias à retransmettre tous les discours officiels du président Jose Eduardo dos Santos.

"Cette mesure a un but politique et vise à intimider la presse. Chaque rédacteur en chef doit pouvoir déterminer sa ligne éditoriale et ne doit pas être contraint par une loi", déplorait vendredi Teixeira Candido, secrétaire général du syndicat des journalistes angolais.

Selon le syndicat, cette loi va désormais obliger les médias audiovisuels publics comme privés à retransmettre en direct les discours officiels du président dos Santos. Elle va également encadrer la création d'organes de presse puisqu'il faudra désormais avoir 300 millions de kwanzas (1,76 million de francs) à investir pour être autorisé à lancer un nouveau média, selon M. Candido.

Candidat en 2017

La loi a été approuvée grâce à l'appui des députés du MPLA, le parti au pouvoir, largement majoritaire au parlement angolais. Le vote intervient à moins d'une semaine du congrès du MPLA qui doit entériner la candidature de Jose Eduardo dos Santos à sa propre succession, à la présidentielle de 2017.

M. dos Santos dirige d'une main de fer l'Angola depuis 1979. Il a annoncé en mars qu'il comptait laisser sa place dans le courant de l'année 2018.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS