Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le froid survenu cet hiver n'aura pas eu raison des tiques. Elles devraient être bien présentes ce printemps et cet été dans les sous-bois helvétiques. Les experts de l'acarien sont formels: l'année 2012 devrait être une année propice pour ces parasites.

"Cet hiver a tout simplement été idéal pour les tiques", a expliqué mardi à l'ats Norbert Satz, médecin zurichois et spécialiste des tiques, rebondissant sur une information du journal "20 Minutes".

"Les basses températures ont eu pour effet d'engourdir les acariens", précise-t-il. Elles ont pu économiser des forces, ce qui est gage de survie pour elles. Actuellement, selon le médecin, les tiques sont encore "quasi gelées".

Mais avec le retour à des températures plus douces, elles devraient se réveiller ces prochaines semaines. Pour être actives, les tiques ont habituellement besoin d'une température moyenne située entre 7 et 10 degrés.

Deux maladies

Christian Keller, de la Ligue suisse des personnes atteintes de maladies à tiques, est formel: "2012 sera une année à tiques". Il conseille déjà aux promeneurs de se vêtir convenablement dans la forêt lors de ballades par temps chaud. "Les tiques sont en quête de zones corporelles humides à piquer", a-t-il expliqué à l'ats.

En Suisse, deux maladies transmissibles par les tiques sont redoutées: la borréliose et la méningo-encéphalite verno-estivale (FSME), aussi appelée encéphalite à tiques.

Entre 100 et 200 cas de FSME se déclarent par an en Suisse, selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Malgré les vaccins, "le risque zéro n'existe pas", prévient M. Keller.

Quant à la borréliose, aucun vaccin n'existe pour la contrer. Des antibiotiques remplacent les vaccins. Le nombre de cas de personnes atteintes de borréliose augmente progressivement d'année en année en Suisse.

ATS