Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le roi des Belges (gauche) avec le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann (droite) lors de leur visite.

KEYSTONE/AP KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

Après avoir visité Berne la veille, le roi des Belges Philippe s'est rendu à Baden (AG) et à Lucerne pour en apprendre un peu plus sur la formation duale helvétique. Il était accompagné du ministre de l'économie et de la formation Johann Schneider-Ammann.

"Je n'ai pas beaucoup à dire, mais beaucoup à apprendre", a -t-il déclaré sur le site principal du groupe électrotechnique ABB à Baden devant les apprentis qu'il a rencontrés et Johann Schneider-Ammann. En compagnie de sa délégation, le roi a également visité le centre de formation professionnelle.

Le roi souhaitait surtout s'informer sur le système d'apprentissage en Suisse. Deux apprentis lui ont par exemple expliqué, en anglais, ce qu'ils apprenaient durant leur première année de formation. Ils ont par exemple programmé un robot capable de fermer les couvercles de boîtes de conserve.

Un miracle

Le roi des Belges était impressionné par le succès de ces jeunes et s'est montré fasciné par leur travail. L'engagement des entreprises dans la formation de professionnels est très important, a de son côté rappelé le conseiller fédéral.

Une formation solide est fondamentale pour préserver les places de travail en Suisse, a renchéri Remo Lütolf, président de la direction d'ABB Suisse.

Le roi s'est en outre rendu à l'Ecole professionnelle commerciale de Lucerne. La formation professionnelle est comme un miracle, car la Suisse ne recense quasiment pas de chômage chez les jeunes, a-t-il relevé. Les besoins du marché doivent coïncider avec ce que les jeunes peuvent et veulent faire, a-t-il ajouté.

Nombreux badauds

Jeudi, le roi Philippe a rencontré la présidente de la Confédération Doris Leuthard à Berne sur la place de la Cathédrale. Malgré une température dépassant les 30 degrés, de nombreux curieux sont venus pour assister à l'arrivée du souverain.

Les deux dirigeants y ont écouté les hymnes nationaux de leurs pays respectifs avant de passer en revue la garde d'honneur de l'armée suisse. Ils se sont ensuite rendus à pied à la maison de Watteville pour un entretien.

C'est la première visite officielle du roi des Belges en Suisse depuis celle, en 2000, de son père Albert II, qui a abdiqué en 2013.

Là aussi, la formation professionnelle a été au centre des discussions entre Doris Leuthard et le roi Philippe, ainsi que le vice-premier ministre belge Kris Peeters, également présent.

Selon la conseillère fédérale, ce domaine intéresse beaucoup la Belgique, qui a un taux de chômage de 9% et qui est particulièrement touchée par le chômage des jeunes. D'après elle, il est dans l'intérêt de la Suisse de soutenir les efforts pour l'emploi en Europe.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS