Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Rupture diplomatique entre Ryad et Ottawa (image symbolique).

KEYSTONE/AP/NARIMAN EL-MOFTY

(sda-ats)

L'Arabie saoudite a décidé de suspendre tout nouvel investissement et échange commercial avec le Canada qu'elle accuse d'"ingérence". Le royaume a rappelé son ambassadeur à Ottawa pour "consultations" et donne 24 heures à l'ambassadeur canadien pour quitter le pays.

Ces mesures interviennent à la suite de plusieurs appels du Canada à libérer des militants des droits de l'Homme et de défenseurs des droits des femmes emprisonnés en Arabie Saoudite. Le royaume "n'acceptera pas d'ingérence dans ses affaires intérieures", a déclaré le ministère saoudien des Affaires étrangères sur Twitter.

La ministre canadienne des affaires étrangères Chrystia Freeland a appelé jeudi la première à la libération des activistes. "Très alarmée d’apprendre l’emprisonnement de Samar Badaoui, la sœur de Raif Badaoui, en Arabie Saoudite. Le Canada appuie la famille Badaoui dans cette difficile épreuve, et nous continuons de fortement appeler à la libération de Raif et Samar Badaoui", avait-elle écrit sur Twitter.

Le lendemain l'ambassade du pays avait fait la même demande: "Le Canada est gravement préoccupé par les nouvelles arrestations de militants de la société civile et de défenseurs des droits des femmes en Arabie Saoudite, dont Samar Badaoui. Nous appelons les autorités saoudiennes à les libérer immédiatement, ainsi que tous les autres activistes pacifiques des droits de l'homme emprisonnés".

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé sa réprobation concernant la formulation du communiqué de l'ambassade. "Il est très regrettable que les mots 'libération immédiate' figurent dans le communiqué canadien", a déclaré le ministère. "C'est inacceptable dans les relations entre deux pays". Ryad se "réserve le droit de prendre de nouvelles mesures", peut-on également lire dans ce texte.

Le Canada s'est dit "sérieusement inquiet" lundi de l'expulsion de son ambassadeur. "Le Canada défendra toujours la protection des droits humains, notamment des droits des femmes et de la liberté d'expression partout dans le monde", a déclaré Marie-Pier Baril, porte-parole du ministère, dans un communiqué. "Notre gouvernement n'hésitera jamais à promouvoir ces valeurs et nous croyons que ce dialogue est crucial pour la diplomatie internationale".

Dizaines de militants emprisonnés

Samar Badaoui, qui milite pour l'égalité entre hommes et femmes, a récemment été arrêtée avec sa collègue Nassima al-Sadaha, a fait savoir mercredi Human Rights Watch. Leurs arrestations est un signe que le royaume saoudien comprend toute opposition pacifique contre son régime autocratique comme une menace, a souligné l'organisation.

Ces arrestations sont intervenues quelques semaines après celles d'une dizaine de militantes des droits des femmes qui ont été accusées de porter atteinte à la sécurité nationale et de collaborer avec les ennemis de l'État. Certaines ont été relâchées depuis.

Samar Badaoui est la récipiendaire du Prix international du courage féminin 2012 décerné par le département d'État américain. Elle a fait campagne pour la libération de son frère, Raif Badaoui, un blogueur dissident qui avait été flagellé en public en 2015, et de Walid Abou al-Khair, son ancien mari.

Selon divers experts, la dure répression de l'État en période d'ouverture signifie que le régime veut garder le contrôle total de ses réformes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS