Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'armée va être envoyée en Californie pour la première fois depuis neuf ans afin de prêter main-forte à quelque 12'000 pompiers mobilisés contre une vingtaine de feux. Les autorités s'inquiètent du danger posé par les drones pour lutter contre les incendies.

Quelque 200 soldats provenant d'une brigade fédérale basée dans l'Etat de Washington (ouest) vont recevoir trois jours de formation avant de rejoindre à partir de dimanche les pompiers locaux.

Dix-huit feux font actuellement rage en Californie, dévorant plus de 800 km2, soit près de huit fois la superficie de Paris, selon les derniers chiffres publiés par Calfire, l'organisme gouvernemental de lutte contre les incendies.

Depuis le début de l'année, il y a déjà eu 4549 incendies en Californie comparé à 3173 à la même époque en 2014, qui était déjà une année où les feux étaient plus importants qu'en moyenne.

Vague de chaleur et sécheresse

Une vague de chaleur s'ajoutant à plus de quatre années d'extrême sécheresse ont rendu l'Etat le plus peuplé des Etats-Unis particulièrement vulnérable aux incendies cette année.

Le Pentagone a également déployé lundi près de Sacramento 4 avions ravitailleurs C130 équipés de systèmes modulaires aéroportés anti-incendies, qui ont déjà déversé plus d'un million de litres de substances ignifuges.

Outre l'armée fédérale, quelque 440 soldats et pilotes de réserve de Californie ont été mobilisés et, aux côtés de l'armée de réserve de l'Etat du Nevada, ils utilisent une dizaine d'hélicoptères.

Problème des drones

Si les températures caniculaires devraient commencer à redescendre à des niveaux plus conformes aux normales saisonnières dans l'ensemble de l'Etat à partir de mercredi, dans le sud de la Californie, des vents élevés vont persister et des conditions climatiques très chaudes et sèches maintiennent une menace élevée d'incendies dans les collines et montagnes.

Calfire s'est par ailleurs inquiétée du danger posé par la multiplication des drones qui "interfèrent avec les opérations aériennes anti-incendies".

"Une collision avec un drone de loisir causerait sans aucun doute de gros dégâts sur un avion des forces anti-incendies et blesserait ou pire encore les pilotes et équipage de ces appareil", ajoute le communiqué.

ATS