Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'armée camerounaise a tué en 3 jours "une centaine" d'islamistes nigérians de Boko Haram lors d'une opération dans l'Extrême-Nord du Cameroun, a affirmé mercredi le ministère camerounais de la Défense. Elle a aussi libéré 900 otages et saisi des drapeaux de l'EI.

"Une opération spéciale de ratissage menée du 26 au 28 novembre contre les combattants" de Boko Haram dans les localités frontalières avec le Nigeria "a permis de neutraliser plus d'une centaine de djihadistes", affirme dans un communiqué le ministre de la Défense Joseph Beti Assomo.

D'après le texte, cette opération a aussi permis de "libérer près de 900 otages, de saisir une importante cargaison d'armes et de munitions, ainsi que des drapeaux blancs et noirs de l'Etat islamique". Aucune précision n'a été fournie sur le profil de ces "otages".

Ce bilan de l'opération militaire n'a pas pu être confirmé de source indépendante. Jointes par téléphone dans la région inaccessible à la presse, certaines sources sécuritaires ont confirmé l'opération, sans être en mesure de fournir un bilan précis recoupant celui du gouvernement camerounais.

Double attentat-suicide

Au moins quatre civils ont par ailleurs été tués mardi soir par un double attentat-suicide à Waza, dans l'extrême-nord du Cameroun, a-t-on appris mercredi de source sécuritaire. Cette attaque a été attribuée à Boko Haram.

"Deux kamikazes se sont fait exploser dans deux quartiers de Waza", a affirmé une source sécuritaire s'exprimant sous couvert d'anonymat. La radio d'Etat a confirmé l'information, expliquant que les "deux kamikazes" ont actionné leur charges explosives "en tuant six personnes, dont elles-mêmes".

Un troisième kamikaze, une femme, a été abattue par les forces de l'ordre avant de pouvoir activer sa charge, a-t-on appris auprès des autorités.

Attaques fréquentes

Le nord du Cameroun est fréquemment le théâtre d'attaques menées par Boko Haram, dont la présence, d'abord cantonnée au Nigeria, s'est étendue aux Etats voisins, également au Niger et au Tchad.

Mais c'est la première fois que Waza est visée par des attentats-suicide. Ville touristique autrefois fréquentée par des voyageurs occidentaux, cette localité n'attire plus de touristes depuis que la région de l'Extrême-Nord subit régulièrement des raids de Boko Haram.

Le Cameroun a renforcé sa présence militaire au long de la frontière nigériane, dans le cadre de la coalition régionale militaire (Cameroun, Nigeria, Niger, Tchad) qui combat les attaques de Boko Haram.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS