Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bangkok - Les forces de sécurité thaïlandaises menacent de déloger dimanche les manifestants antigouvernementaux des zones qu'ils occupent dans la capitale Bangkok. En faisant usage de la force si nécessaire.
Le porte-parole de l'armée Sansern Kaewkamnerd a indiqué à la presse tard samedi que le gouvernement avait donné l'ordre à la police de reconquérir la zone située autour de l'hôpital Chulalongkorn, près du quartier d'affaires de Silom, pour assurer la sécurité du public.
"Demain, le chef de la police devra continuer à nettoyer la zone par tous les moyens, depuis des pourparlers jusqu'à l'usage de la force si nécessaire", a-t-il dit.
"Nous pensons que la police peut s'en occuper. Si nous devons utiliser la force, ce n'est pas parce que nous souhaitons disperser les manifestants du quartier de Rachaprasong. Nous voulons juste récupérer l'hôpital."
L'irruption désordonnée de 200 "chemises rouges" dans un hôpital universitaire jeudi à la recherche de soldats qu'ils accusaient de se préparer à un assaut a conduit les dirigeants de la contestation à présenter des excuses. Le commando n'a trouvé aucun soldat dans l'hôpital.
Une précédente tentative d'évacuation des manifestants le 10 avril dernier s'était soldée par la mort de 25 personnes et 800 blessés. Les "Chemises rouges" exigent la démission de l'actuel Premier ministre, Abhisti Vejjajiva. Abhisit doit réunir son cabinet dimanche pour évoquer la crise politique qui secoue la pays.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS