Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les forces armées nigérianes ont tué quatre personnes soupçonnées d'être des membres de Boko Haram et délivré 61 captifs, principalement des femmes et des enfants. Les prisonniers étaient retenus par les islamistes dans l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria.

L'armée a mené, avec un soutien aérien, une opération dans les camps de Boko Haram situés entre les localités de Bitta et de Damboa. Elle a "secouru 61 personnes enlevées et retenues en captivité par les terroristes de Boko Haram", selon le communiqué.

"Les personnes secourues sont principalement des femmes et des enfants et ont été depuis lors évacuées. Les soldats ont également (...) tué quatre terroristes et en ont arrêté un", a ajouté l'armée.

Le 28 octobre, l'armée avait annoncé avoir délivré 338 personnes retenues en captivité par Boko Haram, dont 192 enfants et 138 femmes, lors d'une opération menée en bordure de la forêt de Sambisa, un repaire des rebelles islamistes situé dans l'Etat de Borno.

Des succès militaires

Aucune indication ne permet de supposer que l'une des quelque 200 lycéennes enlevées par Boko Haram en avril 2014 à Chibok, dans l'Etat de Borno, figure parmi les femmes libérées jusqu'à présent par l'armée.

L'armée nigériane a revendiqué ces derniers mois une série de succès dans sa lutte contre l'insurrection. Début août, elle avait annoncé avoir délivré 178 personnes dont plus d'une centaine d'enfants près de la ville de Aulari, à quelque 70 km au sud de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno.

L'insurrection menée par Boko Haram a fait au moins 17'000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS