Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'armée du Nigeria a annoncé dimanche avoir libéré 178 otages de Boko Haram, dont 101 enfants, qui étaient détenus par Boko Haram, dans l'Etat de Borno. Un commandant du groupe islamiste a été capturé au cours d'une opération militaire.

"L'armée nigériane a mené une offensive près d'Aulari, sur l'axe menant à Bama", à 70 km au sud de Maiduguri, la plus grande ville du Nord-Est, a déclaré un porte-parole de l'armée.

L'armée nigériane a déjà annoncé avoir libéré des centaines de femmes et d'enfants retenus captifs par Boko Haram, ces derniers mois, notamment dans la forêt de Sambisa, un des repaires historiques du groupe islamiste désormais affilié à l'État islamique (EI).

Frappes aériennes

Dimanche dans la journée, l'armée nigériane a aussi affirmé avoir mené des frappes aériennes sur le village de Bita, non loin de la forêt de Sambisa, où Boko Haram s'apprêtait à lancer une offensive. "De nombreux" islamistes ont été tués, a précisé l'armée, sans plus de détails.

Bitta se situe à l'ouest de Gwoza, localité proche de la frontière camerounaise, dont on pense qu'elle a été le siège de la secte jusqu'à la grande offensive lancée cette année par les forces nigérianes, nigériennes et tchadiennes.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a promis de vaincre Boko Haram. Une force multinationale de 8700 hommes est en cours de constitution entre le Nigeria, le Cameroun, le Niger, le Tchad et le Bénin. Son entrée en fonctions, le 31 juillet, a été retardée pour manque de financement et de volonté politique.

ATS