Toute l'actu en bref

Peu après son arrivée au pouvoir, Rodrigo Duterte a lancé une "guerre" à la drogue. Depuis, arrestations et homicides liés aux opérations anti-drogue se multiplient.

KEYSTONE/EPA/ROLEX DELA PENA

(sda-ats)

L'armée des Philippines va créer une unité spéciale pour aider dans sa tâche l'agence gouvernementale chargée de la lutte contre le trafic de drogue. Cette unité comptera de 500 à 5000 hommes, selon les besoins.

Elle n'aura toutefois pas de rôle majeur. Il n'est pas prévu qu'on voie ses membres patrouiller dans les rues, a expliqué à la presse le chef de l'armée, le général Eduardo Ano.

Depuis le lancement par le président Duterte après son arrivée au pouvoir en juin dernier d'une "guerre" à la drogue, plus de 7700 personnes ont été tuées dans le pays. Environ 2500 d'entre elles l'ont été lors d'opérations anti-drogue menées par la police.

Jugeant la police "corrompue jusqu'à la moelle", le président Duterte lui a retiré le mois dernier la responsabilité des opérations anti-drogue. La police a révoqué une centaine de ses membres pour usage de drogue depuis le début de l'année.

Des groupes de défense des droits de l'homme estiment qu'un grand nombre d'homicides, sur lesquels des enquêtes sont en cours, ont été commis par des milices ou des tueurs à gage bénéficiant du soutien de la police.

ATS

 Toute l'actu en bref