Navigation

L'armée suspend ses opérations pour un "jour du silence"

Ce contenu a été publié le 09 décembre 2014 - 14:08
(Keystone-ATS)

Les forces gouvernementales ukrainiennes ont suspendu leurs opérations de combat dans l'est du pays dans le cadre d'une "journée du silence" sur la ligne de front. Et Kiev a commencé à recevoir les premières livraisons de gaz russe.

"L'armée ukrainienne a suspendu toutes les opérations de combat et est prête pour ce jour du silence, mais si les séparatistes attaquent, nous riposterons", a dit un porte-parole des forces ukrainiennes.

Une trêve est censée être en vigueur depuis l'accord conclu le 5 septembre à Minsk (Biélorussie). Mais elle a été sans cesse violée, provoquant la mort de centaines de civils, de soldats ukrainiens et de séparatistes pro-russes.

A l'approche de l'hiver, Kiev a commencé à recevoir les premières livraisons de gaz russe depuis leur interruption en juin, a annoncé l'opérateur public des gazoducs ukrainiens Ukrtransgaz dans un communiqué.

Report au 12 décembre

Mais les négociations de paix sur l'Ukraine n'auront pas lieu mardi à Minsk, contrairement à ce qui était prévu. Et aucune nouvelle date n'a encore été fixée pour ces pourparlers, a annoncé la diplomatie ukrainienne.

Interrogé sur une nouvelle date de négociations, le porte-parole de la diplomatie Evguen Perebyinis s'est borné à répondre que "les consultations (en ce sens) se poursuivent". Les séparatistes demandent un report de l'ouverture des pourparlers au moins jusqu'au 12 décembre.

Ces informations ont été confirmées par un leader séparatiste, Denis Pouchiline, président du "Parlement" de la République autoproclamée de Donetsk. "Il y a un accord préliminaire pour avoir les négociations cette semaine", a-t-il déclaré ajoutant que la nouvelle date pourrait être annoncée mercredi.

Levée du "blocus économique"

Les rebelles souhaitent notamment que Kiev, qui a cessé tout financement budgétaire de la zone sous contrôle rebelle, lève ce "blocus économique", selon la même source.

Les autres points portent sur le retrait des armes lourdes et l'échange de prisonniers, toujours selon M. Pouchiline. La mise en oeuvre de deux lois ukrainiennes prévoyant l'amnistie pour certains combattants rebelles et donnant davantage d'autonomie aux territoire sous leur contrôle est aussi objet des discussions.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article