Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'offensive déclenchée il y a trois semaines contre la Ghouta orientale a permis au régime de reprendre environ la moitié de l'enclave, au prix de 1022 civils tués, dont 219 enfants, et 4350 blessés, ainsi que des destructions colossales, d'après le décompte effectué par l'OSDH.

KEYSTONE/EPA/MOHAMMED BADRA

(sda-ats)

L'armée turque et des groupes rebelles syriens alliés ont atteint samedi après-midi les abords de la ville d'Afrine, bastion de la milice kurde des YPG, selon l'OSDH. Dans la Ghouta orientale, plus de 1000 civils auraient péri et Douma serait encerclée.

La Turquie a déclenché le 20 janvier une offensive contre les Unités de protection du peuple (YPG), qu'elle qualifie de "terroriste", dans l'enclave kurde d'Afrine, une région du nord-ouest de la Syrie dans la province d'Alep.

"Les forces turques se trouvent désormais aux abords d'Afrine, après avoir pris le contrôle de la Brigade 135", un camp d'entraînement des YPG, selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

"Elles se trouvent à moins de deux kilomètres d'Afrine, au nord-est de la ville" où les combats se poursuivent ainsi que les bombardements aériens et à l'artillerie, a-t-il précisé.

Tentative d'encerclement

L'OSDH fait état également de "violents combats sur d'autres fronts où les forces turques et leurs alliés tentent d'avancer pour pouvoir encercler la ville".

Les groupes rebelles pro turcs ont de leur côté fait état de la conquête d'une colline "surplombant" la partie orientale d'Afrine. Selon l'OSDH, les forces turques contrôlent désormais plus de 60% de l'enclave.

L'offensive turque a coûté la vie à plus de 200 civils, selon l'Observatoire. L'armée turque nie en bloc et affirme prendre "toutes les précautions" pour éviter de toucher les populations.

Plus de 370 combattants kurdes ont également été tués ainsi que 340 membres des forces pro turques, selon la même source. Selon l'état-major turc, 42 soldats turcs ont été tués dans les combats.

Un assaut serait meurtrier

Les observateurs estiment qu'un assaut sur Afrine pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les milliers de civils qui s'y trouvent encore. Il serait par ailleurs ardu, de nombreux éléments des YPG étant retranchés dans la ville.

Les combattants kurdes ont en outre annoncé cette semaine le redéploiement de 1700 des leurs dans la région d'Afrine. Et le régime syrien a envoyé des hommes dans la région pour soutenir les YPG.

"Les forces du régime ont déployé des défenses anti aériennes dans la région pour protéger les secteurs qu'il contrôle au nord de la ville d'Alep", a indiqué le directeur de l'OSDH.

Vers la frontière irakienne

Le président turc a affirmé samedi que son offensive serait étendue en direction de la frontière irakienne et notamment de la ville kurde symbolique de Kobané.

Une fois Afrine "nettoyée des terroristes, nous nettoierons aussi Minbej, Aïn al-Arab (nom arabe de Kobané, ndlr), Tal Abyad, Ras al-Aïn et Qamichli", a-t-il menacé dans un discours télévisé.

L'offensive turque a renforcé les tensions entre Ankara et Washington, qui considère les combattants kurdes syriens comme le meilleur rempart contre le groupe Etat islamique en Syrie.

Plus de 1000 morts dans la Ghouta

Plus au sud, l'armée syrienne a intensifié ses opérations dans la partie centrale de la zone rebelle assiégée de la Ghouta orientale, rapporte la télévision d'Etat.

Selon le média officiel, les forces gouvernementales ne sont pas loin de couper en deux l'enclave. L'armée progresse près de Mesraba et Moudeira, deux communes qui représentent le dernier lien entre les moitiés nord et sud de la région proche de Damas.

Djaïch al Islam et Failak al Rahman, les deux principaux groupes rebelles de la Ghouta, ont dit avoir mené ces derniers jours des contre-attaques qui leur ont permis de reprendre certaines positions.

L'offensive déclenchée il y a trois semaines contre le dernier bastion rebelle proche de la capitale syrienne a permis au régime de reprendre environ la moitié de la Ghouta, au prix de 1022 civils tués, dont 219 enfants, et 4350 blessés, ainsi que des destructions colossales, d'après le décompte effectué par l'OSDH.

Douma encerclée

Selon cette ONG, les forces loyalistes encerclent les villes de Douma et Harasta. Elles ont également pris environ la moitié de Mesraba.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS