Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a raté son entrée dans le deuxième trimestre. Vendredi, l'indice vedette Swiss Market Index (SMI) n'a connu qu'une direction: vers le bas. Durant le premier trimestre, l'indice phare de SIX avait déjà perdu presque 12%.

Vendredi, le vent contraire est venu d'Asie qui a publié de faibles données. A cela se sont ajoutés la baisse du prix de l'or noir et le recul du poids lourd défensif de la Bourse Novartis. La menace de rétrogradation de la note de la Chine par S&P a particulièrement pesé sur l'ambiance.

Sur la fin de l'après-midi, la Bourse suisse a affiché un redressement, dans le sillage de bonnes données conjoncturelles américaines qui ont également tiré Wall Street à la hausse en matinée. Attendus par tous, les chiffres officiels de l'emploi américain en mars ont montré qu'il n'y a pas de signe d'affaiblissement de la plus grande économie mondiale, selon des observateurs.

Swisscom stable

Dans le détail le SMI a terminé en baisse de 1,53% à 7688,34 points, avec un plus bas à 7607,74 points à 15h06 et un plus haut à 7700,09 à 16h15. Sur la semaine, l'indice phare de SIX a perdu 1,1%. Le SLI a fini vendredi en baisse de 1,39% à 1188,98 points et le SPI a reculé de 1,12% à 8223,59 points. Sur les trente blue chips, 22 ont reculé, sept avancé et Swisscom a fini inchangé.

Novartis (-1,7%) a particulièrement souffert. UBS et Citigroup ne recommandent plus l'achat du titre, estimant qu'aucune hausse sensible du bénéfice n'interviendra avant 2018. Comme si cela n'était pas suffisant, des rumeurs font état d'une affaire de corruption en Turquie impliquant le géant rhénan. Le groupe bâlois a rejeté ces accusations jeudi, les qualifiant d'infondées.

Les deux autres poids lourds de la Bourse Roche (-1,5%) et Nestlé (-1%) ont aussi pesé sur l'indice. Nestlé rencontre de nouveaux problèmes en Inde en raison de ses nouilles instantanées, selon le Wall Street Journal.

Zurich Insurance perd 9,5%

Les menaces de rétrogradation des notes de la Chine et de Hongkong plombent les valeurs du luxe. Swatch Group a cédé 2,1% et Richemont 2%. Vontobel et Barclays ont abaissé l'objectif de cours de Richemont, tout en maintenant respectivement "buy" et "overweight". Le recul du nombre de touristes chinois en Europe et la faiblesse persistante du marché à Hongkong sont des facteurs négatifs.

Dans le secteur des assurances, Zurich Insurance a reculé de 9,5% ou 231,10 francs, hors dividende de 17 francs. Des rumeurs circulent sur un intérêt de l'assureur pour l'activité de gestion de fortune italienne de son homologue britannique Old Mutual. Credit Suisse (-1,3%) et UBS (-2,4%) ont évolué inégalement dans le rouge.

Dans le camp des gagnants, figurent LafargeHolcim (+1,1%), Sonova (+0,7%) et Dufry (+0,5%). Adecco (+0,3%) a viré au vert après les chiffres de l'emploi américain.

Wisekey dans le rouge

Sur le marché élargi, le nouveau venu Wisekey (-6,3% à 5,50 francs) n'a pas encore trouvé un plancher. Le premier cours, jeudi, s'était établi à 12 francs. Vendredi, le cours a baissé jusqu'à 5,41 francs avant de regagner un peu de terrain.

Mobimo (-4,8%) était traité hors dividende. Parmi les gagnants, Meyer Burger a progressé de 5,5% en réaction après un plus bas historique à 3,30 francs.

ATS