Toute l'actu en bref

Fabrice A. sera interné après avoir purgé sa peine de prison à vie pour l'assassinat d'Adeline.

KEYSTONE/FREDERIC BOTT

(sda-ats)

Fabrice A. échappe à l'internement à vie. Le Tribunal criminel de Genève n'a pas suivi le Ministère public et a condamné mercredi le meurtrier d'Adeline à un mesure d'internement ordinaire assortie d'une peine de prison à perpétuité pour assassinat.

Les juges ont estimé que Fabrice A. ne pouvait être considéré comme durablement non amendable. Ils se sont appuyés, pour ce faire, sur les conclusions des experts qui se sont penchés sur le meurtrier d'Adeline. Aucun de ces psychiatres n'a avancé que le tueur serait à jamais inaccessible à un traitement.

Le président du tribunal Fabrice Roch a qualifié la faute de l'accusé d'extrêmement lourde. Le prévenu traîne également des antécédents "extraordinaires". Il avait déjà commis deux viols avec cruauté et purgeait une peine cumulée de 20 ans de prison pour ces crimes quand il a tué Adeline.

Les juges ont retenu la responsabilité pleine et entière de l'accusé. Ce dernier a agi de façon particulièrement odieuse. Il a tranché la gorge d'Adeline de façon chirurgicale, après l'avoir attachée à un arbre. Il a tué pour réaliser son "fantasme d'égorgement" et assouvir une pulsion de "toute-puissance".

Fabrice A. a reconnu avoir ressenti un plaisir infini durant cet acte. Il s'en est pris à Adeline, car il avait "flashé sur elle" et tout son désir était tourné depuis des mois à tuer la sociothérapeute. Il a fait preuve de machiavélisme, utilisé les failles du système et avancé ses pions petit à petit.

ATS

 Toute l'actu en bref