Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Australie va créer le plus vaste réseau au monde de réserves naturelles marines, afin de protéger la vie aquatique. Ces parcs marins couvriront une surface de 3,1 millions de kilomètres carrés, soit plus d'un tiers des eaux territoriales australiennes.

La pêche et l'exploration pétrolière et gazière off-shore y seront strictement limitées. "Ce nouveau réseau de réserves marines va aider à s'assurer que l'environnement marin diversifié et toute la vie qu'il recèle restent en bonne santé, fertiles et résistants, pour les prochaines générations", a souligné Tony Burke, le ministre australien de l'Environnement.

Le nombre de réserves passera de 27 à 60, renforçant ainsi la protection de plusieurs animaux telles que la baleine bleue, la tortue verte, les requins-taureau et le dugong (mamifère marin herbivore). Ces deux espèces font partie des plus menacées.

Compensations

Les activités des compagnies pétrolières et gazières seront limitées, mais des zones entières au large de l'Etat d'Australie occidentale (côte ouest), où les groupes pétroliers Shell et Woodside Petroleum viennent de se voir octroyés des permis d'exploration, resteront ouvertes à ces activités.

La création de ce réseau de parcs aura un impact significatif sur le secteur de la pêche commerciale, qui devrait recevoir des millions de dollars australiens de compensation, selon le projet.

"Au cours des prochains mois, le gouvernement va conduire des consultations avec l'industrie de la pêche et les agences de gestion de la pêche sur les modalités" de ces compensations, a précisé Tony Burke.

Zones menacées

La Fondation australienne pour la protection a salué cette annonce, la qualifiant d'"historique". Mais elle a souligné que plusieurs zones restaient menacées par l'exploitation humaine des ressources naturelles.

"Le réseau de parcs interdit l'exploration gazière et pétrolière dans la Mer de Corail (nord est), mais la région au large du nord-ouest reste vulnérable", a souligné le directeur de la Fondation, Don Henry. La création de ce réseau doit être finalisée avant la fin de l'année.

ATS