Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Présent lundi à l'audience, le prévenu n'a pas assisté jeudi à la lecture du jugement.

KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

(sda-ats)

L'auteur du massacre de Daillon (VS) a été déclaré irresponsable par le Tribunal des districts d'Hérens-Conthey. Ce dernier a prononcé jeudi à son encontre une mesure thérapeutique institutionnelle.

Le tribunal a suivi le Ministère public et reconnu l'irresponsabilité de l'accusé. Les deux expertises psychiatriques ordonnées après le drame montrent qu'il souffre de schizophrénie paranoïde et qu'il est pénalement irresponsable.

La cour a prononcé une mesure thérapeutique institutionnelle et l'a recommandée en milieu fermé. Les expertises psychiatriques ont montré qu'un traitement du prévenu est envisageable et qu'on ne peut pas exclure toute possibilité d'amélioration, a indiqué le président du tribunal.

Participation établie

Une mesure thérapeutique dure en principe cinq ans. Mais le juge peut ordonner sa prolongation de cinq ans au plus à chaque fois aussi souvent qu'il l'estime nécessaire.

Si le traitement institutionnel ordonné par la justice est un échec, la mesure peut être convertie en internement ordinaire. Un tel internement vise à neutraliser un individu dangereux et incurable, a précisé le président du tribunal.

La cour a en outre admis que le prévenu est bien l'auteur des faits, de tentatives d'assassinats et d'assassinats, même en état d'irresponsabilité. Une reconnaissance réclamée par la procureure et qui devrait permettre aux victimes et aux familles de cette tragédie qui a fait trois morts et deux blessés au matin du 2 janvier 2013 de se reconstruire tant bien que mal.

Prétentions civiles rejetées

Les dix-sept victimes se sont portées partie civile. Elles ont réclamé entre 30'000 et 90'000 francs pour tort moral.

Le tribunal a rejeté les prétentions et les a renvoyées au civil. Il a estimé que le prévenu étant incapable de discernement, il ne peut commettre de fautes et ne peut donc être appelé à réparer les dommages. De plus, il est pratiquement sans le sou.

Trentes cartouches tirées

L'auteur de la tuerie de Daillon n'était pas présent à la lecture du jugement. Le 2 janvier 2013, il a tiré trente cartouches avec deux armes différentes en l'espace de quelques minutes.

Il a tiré depuis la fenêtre de son appartement puis dans la rue du hameau de Daillon, au-dessus de Sion. Il a touché mortellement trois femmes et blessé deux hommes dans le but délirant de se venger d'un oncle qui l'aurait séquestré à la naissance.

L'homme, âgé de 33 ans au moment des faits, est dans le déni total. Lundi à l'audience, il a dit ne pas se rappeler avoir tiré sur qui que ce soit, il se souvient juste avoir tiré en l'air.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS