Toute l'actu en bref

Le Club Med a développé une assurance neige, au cas où la moitié des installations d'un domaine skiable n'étaient pas ouvertes (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Le Club Med exploite deux sites touristiques en Suisse. Le sort de celui de Villars (VD) reste toutefois en sursis à plus long terme.

"Villars sera exploité cet été par l'un de nos partenaires et par nos soins l'hiver prochain. Quant à son avenir plus lointain, nous ne décidons pas seuls. Nous ne sommes que locataires; son propriétaire réfléchit à son devenir", a expliqué dans les colonnes du Matin Dimanche Sylvain Rabuel, directeur général pour la France, le Benelux et la Suisse du groupe touristique.

Le responsable se dit toutefois satisfait du village de vacances que l'entreprise rachetée en 2015 par le chinois Fosun possède dans la station grisonne de Saint-Moritz. Revenant sur le faible enneigement de cet hiver, il a ajouté que le Club Med exploitait ses sites toute l'année et ne se cantonnait pas uniquement à la saison hivernale. "Les aléas climatiques ont donc moins d'impact", a-t-il précisé.

Assurance neige

Si Sylvain Rabuel se montre confiant dans l'avenir de l'économie de montagne et des sports d'hiver, il affirme toutefois que le Club Med a développé une assurance neige, au cas où la moitié des installations du domaine n'étaient pas ouvertes.

L'année passée, le site exploité par la société à Wengen (BE) a fermé. Selon le directeur général pour la France, le Benelux et la Suisse, il présentait une faible capacité et demeurait peu exploitable en été.

Le groupe a possédé jusqu'à huit villages de vacances en Suisse. Sylvain Rabuel reconnaît que le franc fort et les frais élevés posent problème. L'entreprise reste toutefois attachée à la Suisse. "Nous sommes établis dans ce pays depuis 1956 et nous ne voulons pas en partir", poursuit le responsable.

Sylvain Rabuel a, d'ailleurs, rappelé dans l'interview que le Club Med visait 40% de croissance sur le marché helvétique d'ici 2021. Il a également précisé que la Suisse alémanique constituait un terrain de développement. "Elle représente 9% de notre chiffre d'affaires mais elle va croître", a-t-il conclu.

ATS

 Toute l'actu en bref