Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs centaines d'exposants sont attendus de mardi à jeudi à Genève au salon européen de l'aviation d'affaires.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

L'aviation d'affaires a relancé depuis Genève son engagement pour utiliser davantage les biocarburants durables. Une déclaration a été signée lundi par les principales associations internationales à la veille de l'ouverture du salon européen de la branche (EBACE).

Cette initiative pour les biocarburants durables pour l'aviation (SAJF) doit permettre de renforcer le dialogue avec les opérateurs et les propriétaires mais aussi l'accessibilité de ces carburéacteurs. L'efficacité énergétique dans le secteur est plus "importante que jamais", a estimé devant la presse le président de l'Association européenne de l'aviation d'affaires (EBAA) Jürgen Wiese.

En 2009, l'aviation d'affaires avait établi trois objectifs contre le changement climatique. Ce dispositif prévoyait une amélioration de 2% par an de l'efficacité énergétique entre 2010 et 2020, une neutralité carbonique dès 2020 et une diminution de 50% des émissions de CO2 de la branche par rapport à 2005 d'ici 2050.

Le deuxième "sera atteint", estime une source proche du dossier qui rappelle que l'aviation, malgré les accusations, ne constitue que 2,1% des émissions. En revanche, le troisième sera plus difficile sans recours plus large aux biocarburants.

Plusieurs fois plus cher

"Il y a une méfiance des pilotes et des opérateurs", le principal problème selon cette source. Pour les rassurer, l'initiative lancée lundi s'accompagne de directives d'utilisation. Et des actions seront menées dans les prochains mois sur trois aéroports.

Autre difficulté, le biocarburant coûte encore trois à cinq fois plus cher que le traditionnel. Mais plus la production sera importante, plus les prix chuteront, glisse une autre source proche du dossier.

Selon le patron de l'Association américaine de l'aviation d'affaires (NBAA), organisatrice de l'EBACE avec l'EBAA, Ed Bohlen, le dispositif prévu en 2009 demande des efforts. Des aéroports "comme celui de Genève" mais aussi des gouvernements, sans mentionner l'investissement des entreprises.

Le directeur général de l'aéroport de Genève André Schneider a fait de la durabilité une priorité. Il a annoncé le souhait d'atteindre, dès fin 2018, 1% de biocarburant dans la consommation annuelle des avions à Genève.

Près de 163'000 vols d'affaires en un an vers la Suisse

Outre l'EBAA et la NBAA, la déclaration a été signée par l'Association des fabricants de l'aviation générale (GAMA), le Conseil international de l'aviation d'affaires et l'Association américaine du transport aérien. Elle a été lancée à la veille de l'EBACE.

Les vols d'aviation d'affaires vers la Suisse se sont eux étendus d'un tiers en un an à près de 163'000, selon un prestataire. Ce pays est 5e en Europe. Une augmentation est constatée dans de nombreux pays européens, explique ce groupe.

L'EBACE doit rassembler jusqu'à jeudi des centaines d'exposants et des dizaines d'avions, "davantage que nous pouvons accueillir", selon M. Bolen. Une augmentation est constatée sur le nombre de nouveaux participants.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS