Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Istanbul - Les combats entre forces gouvernementales et séparatistes kurdes se sont intensifiés dans le sud-est de la Turquie et en Irak. L'aviation turque a lourdement bombardé des positions rebelles dans le nord irakien. L'attaque n'aurait pas fait de morts, selon les rebelles du PKK.
Plus de 10'000 soldats, épaulés par des hélicoptères de combat, ont combattu des activistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) près de la frontière irakienne, dans les provinces de Sirnak et d'Hakkari.
Des renforts sont attendus dans cette région où les séparatistes disposent de nombreuses bases, depuis lesquelles ils lancent des attaques contre les soldats et les installations militaires turques.
Un porte-parole du PKK, Roj Welat, a déclaré que les raids aériens de l'armée turque avaient débuté jeudi à 22h00 pour se terminer deux heures plus tard. "Il n'y a eu aucune perte humaine dans nos rangs, juste des dégâts matériels et du bétail tué", a-t-il précisé.
Plus de 70 soldats turcs ont été tués dans des attaques du PKK depuis le début de l'année. Le mouvement séparatiste a annoncé le 1er juin qu'en raison des opérations militaires contre ses forces, il mettait fin au cessez-le-feu unilatéral qu'il avait proclamé il y a près d'un an.
Le PKK, qui a pris les armes en 1984 pour la création d'un Etat kurde, est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie et par de nombreux pays. Le conflit a fait plus de 40'000 morts. De son côté, Abdullah Öcalan, dirigeant emprisonné du PKK, a exhorté Ankara et son mouvement armé à réfléchir à une trêve.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS