Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Solar Impulse a atterri en douceur dans la nuit de jeudi à vendredi à 01h25 (heure suisse) à Ouarzazate, une ville du sud marocain. L'appareil a parcouru 683 kilomètres après avoir quitté Rabat à 08h05. Il avait dû faire demi-tour il y une semaine en raison de vents violents.

L'avion était piloté par André Borschberg qui a souffert d'abord du chaud puis du froid durant ce vol. Pour ce deuxième essai, l'appareil a suivi un itinéraire légèrement différent, survolant la côte à basse altitude, à environ 600 mètres, passant vers 10h00 au large de Casablanca. L'appareil est ensuite monté jusqu'à 9000 mètres d'altitude pour traverser l'Atlas.

Le pilote, qui s'est extrait 30 minutes plus tard de l'habitacle, a été accueilli avec enthousiasme par toute l'équipe de Solar Impulse, une délégation officielle marocaine et des groupes folkloriques.

17 heures de vol

"C'est un événement fantastique d'être ici à Ouarzazate, fruit d'une préparation de plusieurs mois", a déclaré André Borschberg à son arrivée. Ce vol d'une durée de plus de 17 heures est symbolique à plus d'un titre, a-t-il poursuivi, puisqu'il a eu lieu au premier jour de l'été et coïncide avec la conférence de Rio sur le développement durable.

Mercredi dernier, le prototype avait dû faire demi-tour en milieu d'après-midi en raison de forts vents contraires en haute altitude qui lui faisaient faire du surplace.

Solar Impulse est parti fin mai de Payerne (VD) pour son premier vol intercontinental, avant un tour du monde prévu en 2014. L'avion conçu pour voler de jour et de nuit sans carburant ni émissions polluantes a fait escale à Madrid, puis a gagné Rabat le 6 juin.

ATS