Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'avocat Charles Poncet a été entendu et mis en prévention mardi par le Ministère public genevois pour chantage et extorsion. Le célèbre pénaliste et ex-conseiller national libéral dénonce des accusations "grotesques" émanant d'un confrère italien qui lui voue une "haine tenace".

"Les manoeuvres de cet individu me laissent froid et elles n'auront pas plus de succès en Suisse qu'en Italie", a indiqué jeudi à l'ats Me Poncet, qui revenait sur une information de la "Tribune de Genève". La mise en prévention, prélude à l'ouverture d'une enquête pénale, lui permettra d'accéder au dossier.

Elle a été décidée par le procureur général Daniel Zappelli quelques jours avant sa démission. Le patron du Ministère public s'est refusé jeudi à tout commentaire sur ce cas.

Condamnation

Le contentieux de Charles Poncet avec son confrère italien trouve son origine dans une affaire liée à l'héritage de l'ancien patron de Fiat Gianni Agnelli. Sa fille, Margherita Agnelli, a décidé en 2007 de remettre en cause cette succession ainsi que les honoraires payés à deux avocats, un Italien et un Genevois, pour un montant total de 25 millions d'euros.

Pour tenter de connaître la répartition des honoraires entre ces deux avocats, Me Poncet, qui défendait alors la riche héritière, avait dénoncé son confrère italien à la justice. Ce dernier a ensuite été condamné pour fraude fiscale. Selon Charles Poncet, l'avocat italien prétend avoir subi des pressions quand des comptes lui ont été demandés.

Autre plainte

En été 2009, le Parquet de Milan ouvre une enquête pénale contre Charles Poncet pour extorsion de fonds. Peu après, c'est l'avocat italien qui dépose une plainte à l'encontre du Genevois et de Margherita Agnelli pour extorsion. Il affirme que Charles Poncet lui aurait demandé de signer une fausse déclaration et de restituer une grande partie des honoraires perçus.

La justice italienne n'a pas encore tranché. L'avocat italien a déposé une autre plainte en janvier dernier à Genève pour chantage et extorsion. Elle vise Me Poncet et Margherita Agnelli.

ATS