Toute l'actu en bref

Anders Behring Breivik devant la justice norvégienne (archives)

KEYSTONE/EPA NTB SCANPIX/LISE AASERUD

(sda-ats)

L'avocat d'Anders Behring Breivik s'est interrogé mercredi sur la santé mentale du tueur afin de contester son isolement en prison. Ce point est central dans le procès qui oppose le néo-nazi à l'Etat norvégien, condamné l'an dernier pour traitement "inhumain".

"Cet homme est-il en bonne santé dans le sens commun ?", a lancé Øystein Storrvik dans sa plaidoirie au dernier jour du procès en appel sur les conditions de détention de Breivik, auteur de la tuerie qui a fait 77 morts en 2011 à Oslo et sur l'île d'Utøya. Sa "santé mentale ne semble pas bonne à mes yeux", a-t-il dit.

Dans une décision qui avait provoqué la stupeur parmi les familles des victimes, un tribunal d'Oslo avait condamné la Norvège pour traitement "inhumain" et "dégradant" en violation de l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'Homme.

La juge avait principalement pointé l'isolement de Breivik qui se plaint de maux de tête attribués à son régime carcéral. Dans sa déposition la semaine dernière, l'extrémiste de droite, détenu pour des raisons de sécurité à l'écart des autres prisonniers, a affirmé que son isolement contribuait aussi à le radicaliser encore plus.

Breivik imperturbable

Alors que les autorités dépeignent un détenu en bonne santé physique et psychologique, M. Storrvik a étayé ses doutes sur la santé mentale de Breivik en évoquant le contenu inapproprié de ses lettres et son insensibilité persistante face à ses crimes. "Ce sont ces éléments qui font qu'au moins pour moi, en tant qu'avocat, il ne peut en aucune façon être considéré comme en bonne santé dans le sens retenu par la Cour européenne des droits de l'Homme".

A ses côtés, Anders Behring Breivik, qui veut se poser en leader idéologique, a écouté la plaidoirie les yeux baissés sans broncher.

Parallèlement, M. Storrvik a noté que la durée d'isolement de son client "commence à approcher les six ans". "C'est un problème croissant pour chaque jour qui passe", a-t-il souligné. L'Etat conteste que Breivik soit isolé, faisant valoir ses contacts avec notamment les surveillants, le personnel soignant, ses avocats.

Mardi, le Procureur général, Fredrik Sejersted, avait par ailleurs vanté les conditions de détention "douillettes" du "prisonnier VIP" qui dispose de trois cellules de plus de 10m2 chacune, certaines avec vue sur la nature, de téléviseurs avec des consoles de jeux Xbox et Playstation et de plusieurs appareils de musculation.

L'auteur des crimes les plus sanglants de l'histoire norvégienne d'après-guerre a été condamné en août 2012 à une peine de 21 ans susceptible d'être prolongée indéfiniment.

ATS

 Toute l'actu en bref